Le Dir’Com partagé des petites communes rurales de Gironde

agence de communication, agence de com, Gironde, Aquitaine, Bordeaux, CUB, 33, veille presse, communiqué de presse, gestion de crise

« La qualité de notre communication est déterminée, non par la manière dont nous disons les choses, mais par la manière dont elles sont comprises »

Andrew Grove

Tout au long de ma carrière de journaliste professionnel, en ma qualité de correspondant régional, je suis intervenu à de multiples reprises sur ce qu’on appelle dans notre jargon des « gros coups ». Cela pouvait être un très gros accident de la circulation, un fait divers sordide ou une catastrophe naturelle.

Dans les grandes villes, les services municipaux sont préparés et savent s’organiser pour faire face à de tels événements mais dans les petites villes ou les villages de nos campagnes, le déferlement quasi immédiat de journalistes, d’autorités administratives et politiques et de badauds doit être contenu et géré au plus vite sous peine de se voir rapidement débordé et de ne plus rien maîtriser de la situation.

C’est ce qui est arrivé par exemple à Puisseguin, 870 habitants. C’était un vendredi matin, le 23 octobre 2015, à la veille du week-end, en pleines vacances de la toussaint, un poids lourd d’une société de transport de l’Orne percute un autocar transportant des personnes âgées sur la D17. Une alerte tombe sur le site internet du journal Sud Ouest, l’autocar s’est embrasé et il y aurait plusieurs victimes. Toutes affaires cessantes, nous nous rendons tous au plus vite sur les lieux de la catastrophe. Et nous découvrons l’horreur… 43 personnes ont perdu la vie et leurs corps sont encore là, dans cette épave calcinée. Et je pourrais multiplier les exemples : Liposthey dans les Landes, 8 morts dans un accident de car sur la RN10 en août 97, Louchats en Gironde, 5 bébés enterrés découverts au printemps 2015, Port Sainte Foy en Dordogne, le 8 septembre 1997, un accident sur un passage à niveau fait 13 morts, Blaye en Gironde, le 20 août 1997, 11 morts dans l’explosion d’un silo à grains, etc.

Le journaliste est sur place pour relater, c’est son métier, sa mission. Et il lui faut recueillir sur place un maximum d’informations et de témoignages pour pouvoir rendre compte, pour informer. Lorsqu’il n’y a qu’un seul journaliste, ça va. Mais lorsque « la meute » est lâchée et qu’il y en a d’autres encore qui descendent de Bordeaux ou Paris avec les cars-régies, les antennes satellites et tout le « matos », les photographes, les radios, les télés et que tout ça part dans les tous les sens ! Ca devient vite… très compliqué.

Dans ce type de situation, la préfecture déclenche le Plan Novi (ex-Plan Rouge) pour permettre l’organisation des secours et la sécurisation des lieux par les forces de gendarmerie. Le (ou la) maire de la commune est alors en première ligne et il (ou elle) doit répondre à de multiples sollicitations. Et il faut en même temps faire le nécessaire pour « contenir » au mieux cette pression médiatique. C’est là qu’intervient le Dir’Com qui connait bien le fonctionnement des médias, qui connait bien les journalistes et qui s’avèrera très utile pour organiser les interviews mais aussi pour prévenir tout débordement.

Ce type d’intervention est délicate et nécessite une grande expérience du monde des médias dont il faut bien comprendre le fonctionnement. On pourrait parler de frénésie médiatique, de voyeurisme, de recherche du scoop à tout prix, d’indécence, etc. Bien sûr, tout cela existe. Mais on y opposera la liberté de la presse, le droit à l’information et tout un tas de bonnes raisons pour justifier de méthodes parfois très limites au regard des bonnes pratiques et de la déontologie. C’est un vaste sujet…

Alors quoi qu’il en soit, il faut faire avec et plutôt gérer que subir.

L’abonnement aux services de Mon Dir’Com comprend donc la gestion de crise qui permet ainsi à toutes les communes abonnées de mutualiser ses interventions. Une crise majeure peut survenir à tout moment et c’est en quelque sorte une assurance. En cas de crise, Mon Dir’Com intervient sur place et au plus vite pour vous assister dans la gestion de cette situation.